La SantéLyon (71.5km, 1782m+)

Cette course était prévue sur mon calendrier depuis un moment même si malgré sa renommée elle ne faisait pas partie de mes objectifs de référence. J’accompagnais 5 filles du club, assez folles pour partir pour cette aventure d’un week end : train, couchage à l’arrache dans un gymnase…

Je pouvais prendre également 2 point pour l’Ultra Trail du Mont Blanc 2015. J’étais donc finalement motivé au départ de ce « trail/course » sur route, mais un peu fatigué à cause d’une fin de semaine de travail chargée avec très peu d’heure de sommeil. J’ai pu quand même grapiller quelques minutes de sommeil précieuses, au chaud dans un duvet, avant le départ au Parc des Expo de St Etienne !
Le départ a été donné à minuit, avec une nuée de frontale et une bonne ambiance au fond du 1er sas (objectif < 7h00). J’avais prévu un chrono entre 7h30 et 8h00 mais vu le monde sur cette course (6000 personnes), les filles m’avaient conseillé de prendre le 1er sas. Malgré cela, j’ai marché un peu avant le bip de la puce et il a fallu quelques minutes avant de pouvoir prendre un bon rythme sur cette première partie goudronnée. Je ne me suis pas arrêté au 1er ravitaillement à St Christo en Jarez (15ème km, 1h13; 88ème), comme mes compagnons de route. J’avais suffisamment d’eau, et je doublais de très nombreux coureurs. Je me demandais d’ailleurs si je ne partais pas trop vite ou si les coureurs ne s’étaient pas mal placés au départ… ce n’est pas toujours évident.
J’ai essayé de maintenir une bonne allure jusqu’au ravitaillement de Ste Catherine (27ème km, 2h16, 79ème) ou j’ai rempli mes 2 gourdes tranquillement. J’ai gagné 9 places sur cette portion, malgré le dénivelé, en pensant à ce moment-là qu’il y avait encore énormément de coureurs devant. Les chemins devenaient de plus en plus boueux et il y avait même un peu de neige au-dessus de 800m dans les fossés, avec un vent parfois glacial qui rappelait que nous courrions de nuit en plein mois de décembre !
J’ai ralenti un peu avant la dernière bosse et le 3ème ravitaillement à St Genoux (38ème km, 3h29, 78ème). Nous avions fait ici le plus gros du dénivelé avec 1100m. Le profil était un peu plus descendant par la suite.
Entre le 4ème ravitaillement à Soucieu (49ème km 4h36, 76ème) et celui de Chaponost (60ème km 5h40, 69ème), j’ai croisé la route d’une certaine Maud qui hyperventilait un peu en me dépassant mais me semait dans les descentes glissantes avec une impressionnante facilitée. J’ai laissé tomber le mode « sangsue » rapidement d’autant plus que je commençais à avoir quelques nausées. Il s’agissait en fait de Maud Gobert (championne du monde de trail 2011), 1ère féminine, qui a fait une superbe remontée en fin de parcours. Je me refusais à penser qu’il s’agissait bien d’elle quand elle m’a dépassé (malgré quelques encouragements de coureurs !) car je pensais être encore loin dans le classement, et sur cette distance, elle était théoriquement loin devant moi. Je me suis fait une petite santé au dernier ravitaillement et j’ai commencé à essayer de suivre des relayeurs de la Saintélyon, me faisant par contre littéralement déposé par certains et par la 2ème féminine avant l’entrée dans Lyon. A la dernière grosse difficulté sur la route, j’ai demandé le classement à un coureur du groupe dans lequel j’étais depuis peu, qui nous pronostiquait dans les 70 premiers. En mode cool dans cette montée, surpris du classement et de l’objectif <7h possible, je me suis retrouvé galvanisé et euphorique, j’ai donc forcé l’allure et rattrapé un relayeur de la course qui m’a tiré sur les 2 derniers km à 13-14km/h jusqu’à l’arrivée.
Je suis assez satisfait de ma gestion de course en franchissant la ligne moins déconfit qu’à l’accoutumé, peu après les 2 premières féminines, dans le top 100 (63ème) et en moins de 7h00 (6h51)
J’ai été ravi également de partager les émotions de l’arrivée avec les filles dont 3 inscrites aussi sur le 72km ont terminé la course, main dans la main, en 11h55. C’était leur première expérience sur cette distance !
J’ai hâte de pouvoir partager cela avec mes compagnons du Marathon des Sables !
J’aime la boue, j’aime la pluie, j’aime le froid…il va falloir pérenniser cela sous la chaleur…et le sable 😉

La SantéLyon (71.5km, 1782m+)

1 commentaire sur “La SantéLyon (71.5km, 1782m+)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *