Le Trail du Josas (50 km, 1200m+)

Débriefing à 7h40 puis échauffement commun pour rejoindre la zone de départ ou je croise un autre coureur, Luca Papi, pour la 4ème fois depuis Aout (UT4M, Trail du Viaduc des Fauvettes, Sparnatrail). Sur des trails roulants de moins de 50km, je peux arriver devant lui mais quand ça devient plus technique, plus long et plus pentu, ce n’est plus la peine d’essayer. Après son départ canon sur la Sparnatrail en novembre, je me suis décidé à rester un peu derrière lui et le coureur avec lequel il discutait (Jonathan Dubroca).
Ce duo de tête part assez vite, nous passons dans un parc à côté d’une immense sculpture faite de voitures empilées dans une colonne de béton. Je laisse filer assez rapidement le 1er de la course, Ludovic Durieux (V1) et son acolyte du jour, Bertrand Gence. Luca, en bon gestionnaire de course ralenti ensuite et je me retrouve 4ème avec une envie de podium senior malgré une allure un poil trop rapide pour un 50km ! Je perds une place finalement avant le 1er ravitaillement situé au 6ème km et je prends le temps de ranger gants et manchons avec l’aide d’une bénévole bien sympa ; la course est encore longue. 1ère flaque de boue malodorante maladroitement évitée juste derrière avec un 2ème passage en plein milieu au 15ème km une fois la première boucle effectuée. Je perds de vue complètement les 2 premiers (Ludovic et Bertrand) mais garde un œil sur les 2 poursuivants, Stéphane Floury en jaune avec son T Shirt « Les agités » et Jonathan en vert et noir qui a ralenti. Ces couleurs sont importantes, je m’y agrippe mentalement pour ne pas me faire décrocher. Je les rattrape dans les grimpettes (merci Massif des 3 pignons, et Mont Griffon !) mais je me fais distancer dans les descentes. Stéphane marche beaucoup dans les montés ; à l’usure, j’ai peut-être la possibilité de le dépasser si les bosses s’enchaînent. Je reste un moment à distance et je finis par les récupérer vers le semi, que je passe en 1h37. Nous effectuons des relais quand c’est possible physiquement, mais Jonathan me semble plus à l’aise car il se retourne de temps en temps et semble nous attendre. Le parcours est loin d’être monotone, avec de grands chemins forestiers, des singles accidentés, des fossés, des ponts, des étangs à longer, je ne m’ennuie pas surtout à cette allure « forcée ». Je reste concentré pour boire régulièrement et pour manger une ½ pâte de fruit toutes les 20-30 minutes… Je perds ensuite un peu mes compères au 3ème ravitaillement (28ème km) où je m’arrête complètement pour boire tranquillement et remplir mes 2 flasques avec ma préparation. Je les reprends peu de temps après, et j’essaie d’imprimer un rythme un peu plus rapide. Malheureusement une crampe au mollet gauche m’oblige à freiner et pratiquement m’arrêter après le 33ème km. Je laisse Jonathan partir et me retourne : Stéphane commence à perdre du terrain. Je mets un peu de temps à rejoindre Jonathan avec cette douleur, qui réapparait par intermittence, et la chaleur qui commence à se faire sentir. La 3ème place senior (4ème scratch) me parait possible, je rattrape Jonathan avec une belle montée en forêt… mais un duo de coureur (Marc Landau et David Chenu) nous dépose dans celle-ci après le 36ème km. …c’est simple je marche rapidement derrière mon compère et ces traileurs arrivent en courant, de très loin, après une belle remontée. Je force encore l’allure en serrant les dents pour essayer de m’accrocher à ces 2 fusées mais cette fois ci je commence à avoir des nausées et je préfère ralentir plutôt qu’être malade. Ces 2 coureurs gèrent très bien leur course.Le Trail du Josas (50 km, 1200m+)

Nous arrivons sur une portion assez ludique avec un passage dans l’eau sous un tunnel de 30-50m, la montée sur une échelle pour reprendre le chemin, un long escalier pour rejoindre un viaduc… Marathon en 3h24, je me retrouve seul et je commence à avoir très chaud. Je me retourne de temps en temps pour voir si Jonathan suit, il décroche complètement. Je ralentis, ma motivation s’émousse, mais le fait de rattraper des coureurs du 35km (partis à 9h00) me permet ensuite de reprendre une allure régulière. J’accélère dans les derniers 500m en doublant de nombreux coureurs du 20km (partis à 10h15), et je rejoins les 1ers coureurs du 50km à l’arrivée. Je boucle ce 50km en 4:08:55 avec une moyenne de 12.05km/h.
J’apprends que le duo qui nous a décrochés en fin de parcours est arrivé avec 4 minutes d’avance en 2nde (1er senior) et 3ème position et que Bertrand du duo de tête se retrouve en 4ème position, 20 secondes devant moi. Je suis satisfait de mon programme d’entrainement après 1 mois d’arrêt complet de course à pieds en décembre. J’ai calqué l’entrainement sur celui du club pour le marathon de Paris en semaine avec des sorties longues nature le week end soit 6 à 8h30 d’entrainement maximum par semaine. A poursuivre jusqu’au Grand Trail du Limousin fin mai après une bonne semaine de repos car j’ai quand même bien mal aux mollets!
Je recommande ce Trail du Josas bien sympa et ludique, pas monotone alors que nous étions proches de la ville. La course est très bien organisée avec à l’arrivée une paella géante et la possibilité se faire servir une bière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *