EDF CENIS TOUR 48 (48km, 2600m D+)

Parcours

Parcours

EDF CENIS TOUR 48 (48km, 2600m D+)

Dimanche 2 août, départ 8h00 à Lanslevillard pour une journée bien ensoleillée, la peur d’une météo exécrable avec un samedi bien pluvieux s’envolant assez vite.
Je suis tout seul cette fois sur cette distance, mes compagnons de l’ABC Brunoy étant inscrit sur le 32km ou le 21km avec un départ à 9h00 (Claire, Vania, Sylviane, Patrick et Karim).

Objectif : longue sortie trail pour se faire les cuisses, sans bâtons, en préparation de l’Utmb, puis une semaine de randonnées ou rando-courses dans le Val Cenis pour accumuler du dénivelé.

Je me place derrière Sylvaine Cussot (Team Asics), qui était arrivée juste avant moi à la Saintélyon en décembre, pour essayer de suivre son rythme dés le départ. Je la dépasse finalement peu après et je me retrouve rapidement dans les 15 premiers (j’apprendrai par la suite sa participation à la 6000D, 1 semaine auparavant !), avec une petite appréhension par rapport à mon expérience sur l’AravisTrail le mois précédent.

La course est constituée de 3 ascensions et d’une longue descente finale. J’essaie de temporiser au maximum mon allure en me concentrant sur mes sensations mais j’arrive finalement au Passage du Single dans les 10 premiers, mes jambes demandant à aller plus vite dans cette première grosse montée. J’essaie de me contrôler, la course étant longue et je préfère rester derrière Nicolas (dossard 320), équipé de bâtons et qui tire un petit groupe de 4-5 coureurs derrière lui. Il a l’air très à l’aise, je l’ai vu partir en tête au départ mais d’après lui, impossible de suivre le rythme des 4-5 premiers.
Je continue à le suivre un moment surtout sur ce single qui ne permet pas de doubler aisément. Nous rencontrons alors un obstacle de taille puisque des vaches nous barrent complètement la route. Nous perdons quelques minutes à les repousser puis repartons à bonne allure pour finir l’ascension jusqu’au Lac de L’Arcelle.
Le faux plat descendant est ensuite le bienvenue, mais impossible de souffler, l’allure du petit peloton formé devient même beaucoup plus soutenue quand la pente s’accentue, avec des pointes à 16km/h et des coureurs qui essaient à tour de rôle de lâcher le groupe. Un seul réussit à ce moment là, on ne le reverra plus.

Nous arrivons au premier ravitaillement au Col du Mont Cenis où je laisse filer 3-4 compagnons de route. Je prends mon temps, la deuxième ascension se fait ici avec une superbe vue sur le Lac du Mont Cenis. Je les rattrape tranquillement dans cette montée tout en profitant du paysage. Nous passons non loin du Fort de La Turra, et dés le début de la descente qui suit je lâche définitivement mes compagnons.
Je prends de la vitesse sur le single en lacets très serrés et manque plusieurs fois de tomber dans les virages en essayant de rattraper un coureur que je vois plus bas….Cette descente m’amuse ! Vient ensuite une petite montée et une nouvelle descente vers le Refuge du petit Mont Cenis pour un deuxième ravitaillement où je m’arrête un peu pour souffler: je commence à avoir chaud et je dois avoir 5-6min d’avance sur mes poursuivants.
Je coupe ensuite à travers un prairie, dirigé par des bénévoles forts sympathiques, avant d’entamer l’ascension du Col de Sollières. Je fatigue, je n’aurai pas du me lâcher dans la descente, je commence à regarder mes pieds et je suis les marques jaunes… Je mets un certain temps à réaliser qu’il ne s’agit pas du balisage de la course ! je lève la tête, je vois une tête disparaître au loin dans la montée mais de l’autre côté de la pente !…je me suis perdu !
Je coupe en dévers dans la montée, un peu réveillé par cette bêtise et trouve enfin le bon chemin, à peine marqué. J’ai perdu quelques minutes, mais je ne suis toujours pas rattrapé. La dernière descente d’une 20aines de km vient enfin mais je me traîne un peu, fatigué et parce que j’en garde sous le pieds en pensant à la dernière grosse montée. Celle-ci ne viendra pas puisque nous avons déjà fait les 3 ascensions ! J’ai pourtant regardé le profil !
J’arrive enfin au dernier ravitaillement au Replat des Canons où je suis surpris d’entendre Patrick m’appeler, les traileurs du 32km ayant cette dernière portion commune au 48km. Il m’annonce que les filles sont devant. Nous papotons un peu…enfin, Patrick essaie de discuter avec moi… j’en profite pour bien m’hydrater en lui disant que nous allons repartir en même temps. Je vois passer alors 2 flèches, Nicolas et Lionel (dossard 403) qui ont rattrapé leur retard dans cette première partie descendante. J’accélère fortement en laissant Patrick, je rattrape Nicolas, le dépasse mais laisse filer Lionel en apercevant Claire devant moi. Arrrivée à son niveau, j’en profite pour bavarder un peu et recueillir ses sensations. Je l’informe que le 7ième du « Trail 48 » est le coureur que nous apercevons encore un peu devant et que je vais tenter de le rattraper sur les 8-9km restant. Finalement cet entrainement UTMB va devenir difficile !
Le dernier ravitaillement et la rencontre avec mes 2 compères de trail m’ont requinqué et redonné de la motivation ! Je me mets donc en tête de pourchasser ce coureur en continuant à descendre assez vite (14.5km/h), en allongeant ma foulée et je finis par le voir. Il se retourne et force l’allure, j’accélère encore un peu, et fini par le rattraper ainsi que d’autres coureurs du 32km.
Nous arrivons à Lanslebourg sur un faux plat, Lionel commence à lâcher sur le retour vers Lanslevillard. Je me force à garder une allure régulière même si elle est plus réduite maintenant, sans me retourner. J’arrive dans le village, je grimpe comme je peux la dernière montée en escalier, très courte mais sèche, juste avant la ligne d’arrivée, que je franchis en 7ième position (5h09’45).
Je suis surpris de ce chrono parce qu’il correspond à un podium sur les années précédentes et j’avais été refroidi sur le dernier trail montagnard avec un début chaotique. Le parcours de l’EDF Cenis Tour est magnifique avec une dernière petite moitié moins intéressante mais facile à courir si on part prudemment. Le balisage est discret, et même s’il m’a semblé suffisant, il faut sans cesse être vigilant pour ne pas se perdre à certains points car les chemins de randonnées sont nombreux.

Après un bon ravitaillement, je vois Sylviane (21km) et Vania (32km) qui m’annonce un podium (1ère V1F). Je verrai ensuite passer Karim puis Patrick, je me suis donc inquiété pour Claire qui devait finir avant lui. Elle arrivera finalement 35 minutes plus tard, en ayant 6 km de plus sur son GPS en rade de batterie depuis un moment, entre Lanslebourg et Lanslevillard. Finalement le trail en montagne, c’est une petite aventure pour tout le monde !

EDF CENIS TOUR 48 (48km, 2600m D+)

4 commentaires sur “EDF CENIS TOUR 48 (48km, 2600m D+)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *